Crypto War

Le 2 décembre 2015, lors de la tuerie de San Bernardino aux États-Unis, Sayed Rizwan Farook et sa femme Tashfeen Malik ont tué 14 personnes et blessé une vingtaine d’autres dans un centre social venant en aide aux personnes handicapées. Depuis, les enquêteurs américains cherchent à déterminer les liens éventuels du couple avec Daesh, qui avait félicité les deux “soldats” de son califat, sans proprement revendiquer l’assaut.

Ainsi, le 16 février dernier, le Federal Bureau of Investigation a sommé Apple d’aider les enquêteurs à décrypter les informations confidentielles contenues sur l’Iphone 5c de Sayed Farook. Comme tous les Iphone d’Apple, le téléphone du images.jpgterroriste est protégé par un code secret. Pour trouver le code de déverrouillage, le FBI pourrait utiliser la méthode de crypto-analyse appelée “brute force” qui consiste à tenter toutes les combinaisons de mots de passe possibles. Cependant, chez Apple, une politique a été mise en place suite aux révélations sur l’espionnage de masse pratiqué par la NSA : après dix tentatives ratées pour déverrouiller un Iphone, l’ensemble des données du téléphone s’efface.

Afin de ne pas risquer de perdre toutes les données de la pièce à conviction, le FBI demande donc à Apple de créer un logiciel qui permettrait de décrypter sans restriction n’importe quel code de déverrouillage.

Alors que le géant à la pomme se conforme régulièrement aux ordonnances des tribunaux – les données de la plupart des services iCloud, exceptés iMessage et FaceTime, peuvent être fournis à la justice sur demande légale- la réponse de Tim Cook, CEO d’Apple, est sans appel: “We oppose this order, which has implications far beyond the legal case at hand”. Selon Tim Cook, la demande du FBI ne peut se limiter à la seule affaire de la tuerie de San Bernardino : créer un tel logiciel remettrait en question la protection de la vie privée et compromettrait la sécurité de millions d’utilisateurs d’Apple. Il résume : “Le gouvernement nous réclame quelque chose que nous n’avons simplement pas et quelque chose que nous considérons trop dangereux à créer. Ils nous ont demandé de construire une porte dérobée sur l’iPhone. Dans les mauvaises mains, ce logiciel -qui n’existe pas aujourd’hui- aurait le potentiel de débloquer n’importe quel iPhone que quelqu’un aurait en possession (…) Une fois créée, cette technique pourra être réutilisée encore et encore, sur n’importe quel téléphone“.

Dans ces conditions, jeudi 25 février, Apple a déposé une demande d’annulation de l’ordonnance judiciaire l’obligeant à créer ce logiciel.

La Twittosphère s’est emparée de la controverse. De nombreux comptes twitter ont été créés pour commenter l’affaire.@Apple-vs-FBI par exemple recense toutes les publications et caricatures concernant le sujet. Les particuliers s’en donnent à coeur joie pour exprimer leurs idées. Pro Apple et pro FBI ont chacun leurs raisons de croire qu’ils n’ont pas tort!

apple_vs_fbi-1024x576

Les pro Apple

Apple a de nombreux soutiens puissants, comme Facebook, Google, Twitter, Microsoft. Sundar Pichai, CEO de Google, explique “qu’imposer aux firmes la possibilité de pirater les données et les appareils de leurs clients serait un précédent inquiétant“.
Les défenseurs des libertés individuelles aux Etats Unis soutiennent également Tim Cook. Ils voient dans cette affaire le risque de déclencher une surveillance débridée des Américains. Alex Abdo de l’ACLU (Association de défense des libertés civiles) souligne “si le FBI peut forcer Apple à pirater les appareils de ses propres consommateurs, alors tous les régimes répressifs du monde pourraient également le faire”. L’Electonic Frontier Foundation (dont l’objectif est de défendre le droit des citoyens dans le “digital world”) défend Apple et “applauds Apple for standing up for real security and the rights of its customers.
Défenses des libertés individuelles, des données privées … Les pro Apple critiquent notamment l’utilisation par le FBI de l’émotion provoquée par la tuerie de San Bernardino. Il y a deux jours encore, le directeur du FBI expliquait dans un communiqué de presse : “I hope folks will remember what terrorists did to innocent Americans at a San Bernardino office gathering and why the FBI simply must do all we can under the law to investigate that”. “L’innocence” des Américains tués justifierait l’utilisation de méthodes exceptionnelles par le Federal Bureau of Investigation.
 Les pro FBI
Cependant, une étude menée entre le 18 et 21 février 2016 par le Pew Research Center montre que près de la majorité de la population américaine (51%) souhaite qu’Apple déverrouille l’Iphone du terroriste.
Apple-vs-FBI-sondage-americains
De même, le FBI bénéficie du soutien de personnalités telles que le patron de la CIA John Brennan, de Donald Trump (qui appelle d’ailleurs à un boycott de la marque), du patron de la NSA, l’amiral Michael Rogers pour qui les attentats de Paris du 13 novembre n’auraient pas eu lieu sans l’utilisation d’outils de communication cryptés par les djihadistes. Etonnamment, Bill Gates soutient le FBI, considérant qu’il y a “des cas où le gouvernement peut agir en notre nom, par exemple pour freiner le terrorisme, et que c’est une bonne chose”.

Le 22 mars prochain est prévue une audience sur la question, risquant de déboucher sur une longue procédure judiciaire. Une chose est sûre, Tim Cook ne semble pas vouloir changer de position et se dit prêt à évoquer le dossier avec le président américain Barack Obama, voire à faire remonter l’affaire jusqu’à la Cour Suprême.

 

Lors de ce débat, ont été ravivées les problématiques de la protection de la vie privée des citoyens, de la coopération entre les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) et la Justice Américaine, de l’utilisation par les terroristes des protections chiffrées offertes par les nouvelles technologies. Le procès promet d’être riche, à la hauteur de ce qu’Edward Snowden appelle “The most important tech case in a decade”.

 

 

Marion Leblond

 

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s